C’est pas eux, c’est Toto !

Vous connaissez le « contrat » de ce site : ne dire que ce qui ne semble pas être dit ailleurs. Et ce qui me semble dit ailleurs… partout, est que les attentats que nous subissons sont en rapport direct avec Daech.

Il a osé le dire !

Le petit représentant de commerce qui a pris ses quartiers à l’Élysée a fait le voyage vers Rio, pour défendre la candidature de Paris aux prochains Jeux olympiques.

À mon avis, un voyage sans doute bien inutile. Déjà fortement endettée et sur la voie royale d’un alourdissement toujours plus abouti de ce niveau d’endettement, Paris, après Rio, capitale d’un pays lui-même au bord de la ruine et de l’éclatement social, dirigé par un gouvernement socialiste, c’est-à-dire le mieux apte à présenter des comptes truqués, mensongers et tout en trompe l’œil, Paris présente bien toutes les bonnes caractéristiques pour succéder dignement à Rio. Inutile donc d’en rajouter.

Certes, un représentant de commerce, même de salades olympiques, n’a pas de raisons intellectuelles pour être précisément un parangon de vertu, ni même un champion de morale et d’honnêteté, mais tout de même ! Il devrait de lui-même se donner certaines limites à ses boniments.

Par exemple, venir se vanter de la capacité de la France à assurer la sécurité de grands évènements, passant du même coup Nice à la trappe, même un forain de foire aurait hésiter.

À ce point que pour bien élevés qu’ils puissent être, ses interlocuteurs ont tout de même noté la monstrueuse imposture.

Pas démonté pour autant le petit bonimenteur commercial ! On ne va tout de même pas punir la France parce qu’elle est aujourd’hui la victime du hasard Daech ! Nice, c’est Daech, et Daech, c’est l’ennemi du genre humain ! L’ennemi du genre humain, ça frappe n’importe où ! Aujourd’hui la France, demain, n’importe quel autre pays !

Mais non !

Mais non !

D’abord parce que, et c’est bien ce qui justifie cet article, Daech n’y est pour rien.

Rien ne prouve, malheureusement qu’il en sera toujours ainsi, et il serait raisonnable de craindre que tôt ou tard se verront animer, de manière coordonnée et donc terrible, les « soldats dormants » de l’organisation criminelle, « soldats dormants » que nous ne cessons d’accueillir en toujours plus grand nombre, d’entretenir, de soigner, financer… Les Français semblent l’ignorer, mais depuis ses revers, Daech ménage ses forces et a donné l’ordre à ses agents dormants de ne plus s’exposer inutilement et de se conserver pour une action globale future : la vérité est donc aussi crue que cela, les auteurs des récents attentats ne sont donc pas des agents de Daech !

Ce n’est pas Daech qui crée les voyous sanguinaires, mais c’est exactement le contraire, ce sont les voyous sanguinaires qui créent Daech.

Au plus, Daech sert-il de catalyseur mental à des cerveaux immatures et non formés, offrant une soupe débile certes, mais suffisante pour fournir à des neurones en peine de structure et de structuration, une double raison de vivre et de mourir.

N’importe où ? Certainement pas !

Non, monsieur le petit représentant, le terrorisme débile ne frappe ni au hasard, ni n’importe où.

Pour frapper, il lui faut un terreau profond de manques, de dénis, de reniements, de lâchetés, de renoncements, de mensonges, d’hypocrisie, de connivences honteuses…

Cela commence par un modèle familial perverti, qui encourage tant par le mauvais exemple que par une organisation sociale volontairement destructive, des familles trop nombreuses désertées par les pères : le premier point commun à tous les tueurs européens de ces derniers temps ! Le mauvais exemple ? Ne détournez pas les yeux, monsieur le représentant de commerce ! L’organisation sociale ? Vous et les vôtres n’avez jamais cessé d’agir pour la destruction des familles, les fragilisant tant par une chasse impitoyable à toutes valeurs morales que par des systèmes d’imposition toujours plus lourds.

Et puis, la grande valse destructive continue avec votre école, ou des instructeurs systématiquement sans cravates, le plus souvent n’importe comment fagotés, sont au mieux compris comme des clowns aussi vains qu’inoffensifs, au pire comme des ennemis à mâter. Beaucoup de femmes, très peu d’hommes. Mais au fond peu importe : majoritairement de gauche, il n’y a que cela qui compte.

Et, donc très logiquement, on continue par la case justice… où le seul mur que rencontrent les apprentis tueurs est celui des cons… tout ce qu’il y a de plus inefficace pour dissuader les vocations ! Beaucoup de femmes, très peu d’hommes. Mais au fond peu importe : majoritairement de gauche, il n’y a que cela qui compte.

Ce n’est malheureusement pas tout ; il faudrait ajouter l’incompétence ou le manque de directives des services chargés de la protection publique ; le culte du mensonge, érigé en mode normal de communication, pratiqué tant par l’ensemble de la caste politique que par celle de ses cerfs, la caste médiatique, qui fait que le citoyen ordinaire censé ne croit plus rien, ni personne ; une société profondément émasculée, sinon en esprit, du moins en moyens, qui abandonne aux seuls tueurs le monopole de la violence : à Nice, on a bien observé quelques héros certes courageux, mais… désarmés, et donc inefficaces ; et pour achever de plomber tout cela, une immigration aussi peu maîtrisée qu’assumée.

Le terrorisme débile ne frappe pas n’importe où, mais prioritairement dans les pays où des décennies de pensée gauchiste ont pourri jusqu’à leurs racines, structures, institutions… Beaucoup l’Europe, un peu les États-Unis, et prioritairement, la France.

Bien sûr qu’il faudrait, enfin, liquider une fois pour toutes ce nid de vipères qu’est Daech ! Par respect ou par pitié pour les chrétiens martyrisés, et les femmes mises dans les pires esclavages. J’ai dit liquider, et cesser de faire semblant.

Mais en ayant l’honnêteté de reconnaître que pour notre sécurité intérieure, cela n’améliorera rien ! Ce sera même sans doute pire, car les vipères, dispersées, n’en seront que plus dangereuses. Nous aurons toujours, parmi nous, les mêmes cerveaux dérangés, mûrs pour les causes et les mots d’ordre les plus extrêmes, aujourd’hui Daech, certes, mais demain, n’importe quoi d’autre. Non, si nous voulons guérir, nous ne pourrons faire l’économie de sérieuses remises en ordre ! Redonner leur place à ces valeurs tant détestées par la pensée gauchiste, qui s’appellent courage, vertu, morale, discipline et fermeté. Désigner ce que par raccourci j’appelle « pensée gauchiste » pour ce qu’elle est : une pensée destructive et mortifère, et qui doit être combattue, partout, tout le temps, et sans quartier !

Voilà pourquoi prétendre que la France serait attaquée parce qu’elle serait forte relève de la farce ignominieuse. Attaquée parce qu’elle est faible ? L’évidence. Mais dite par des gens qui ont concrètement, durablement et fortement contribué à cet affaiblissement… rien de beaucoup plus encourageant !

Les maîtres ont les valets qu’ils méritent, et qui souvent les dépassent en ignominie intellectuelle ; tel est le cas du petit représentant, dont le premier commis, l’énervé de Matignon, a osé : si la France est attaquée, c’est qu’elle a le sens des valeurs ! Suit un salgimondis de charabia aussi insipide que verbeux, qui suffit à démontrer que les « valeurs » sont aussi étrangères à l’énervé que le respect des autres religions l’est à l’islam.

Les deux compères partagent de manière qu’il faut reconnaître admirable la capacité d’évacuer par avance toute idée d’examen de conscience. « C’est pas eux, c’est Toto ![1] »

Le commandant d’un bateau se sent responsable de tout ce qui se passe sur son bateau, même quand il dort, et si plusieurs de ses passagers meurent, même pendant qu’il dort, il ne lui viendrait pas même à l’esprit de s’en exonérer toute responsabilité.

C’est peut-être cela qui distingue finalement les vrais patrons des pitres de pédalos.

Paris, 14 août 2016

[1] Voir billets précédents :

boutonbleu

boutonvert

boutonrouge