Amende honorable

J’ai fort mal parlé, dans un article précédent, de notre président de la république.

Parfois, je me trompe. Souvent, dirait ma femme. Pas si souvent que ça, ai-je envie de me défendre. Et puis surtout, quand je me trompe, passés les premiers moments de contrariété d’avoir eu tort, une fois encore, une fois de plus, passés ces moments, en général, je le reconnais, je le dis, je me suis trompé. Peut-être que cela aggrave mon cas. Ou peut-être pas. Qui sait ? Qui juge ?

En tout cas, moi, je veux faire ici amende honorable : je me suis, lourdement, trompé.

J’ai par exemple écrit, dans un billet précédent, au sujet de Jupiter, pardon, je voulais dire, de notre président : « je vais oublier que Macron n’existe pas, qu’il n’est que la marionnette du grand capital international[1]… »

Macron, un personnage fantoche, falot, plus ou moins fragile, complètement manipulé, inexistant, uniquement là à titre de faux nez de cette caste oligarchique en train de ruiner la planète, voilà ce que j’ai cru, voilà ce qui est complètement faux.

Bon, c’est vrai, je ne suis pas tout seul à avoir fait complètement fausse route. Le si grand Charles (Gave), n’a-t-il pas, lui aussi, dans un article aussi brillant que génial, parlé de notre « Chanteclerc national[2] » ? Et comme lui, tant d’autres avec lui ?

Tant d’autres, qui comme lui, comme moi, ont pensé que brutalement surgi de nulle part, complètement fabriqué par la conjonction aussi improbable qu’inattendue d’une mère épouse, de la plus grande voyoucratie de la finance internationale, cet homme enfant, cet archétype du bon élève, propre sur lui, droit dans ses bottes cirées par des armées de domestiques rémunérés par nos bons soins aussi collectifs qu’imbéciles, cette pure fabrication d’un marketing sordidement manipulateur décrit dans un précédent billet, tous, nous avons pensé que cet homme n’existait pas réellement. Et tous, en chœur, tout faux, nous avons tout faux !

C’est dans le courant de l’été dernier que j’ai commencé d’avoir des doutes. Quelque chose ne collait pas. Soudain, le même homme adulé au moment de son élection dérapait sérieusement dans les sondages. De manière très spectaculaire.

Or j’ai beaucoup de mal à croire que les Français soient les imbéciles ou les girouettes qu’on veut bien nous suggérer. En revanche, je suis absolument persuadé que les milliardaires qui ont en effet porté l’homme à la présidence, et qui détiennent plus ou moins directement la quasi-totalité des médias comme des instituts de sondage sont de fieffés menteurs, et de parfaits manipulateurs. Un dérapage réel dans l’opinion ? Rien de moins sûr ! Mais la volonté d’un sérieux coup de semonce de la part des argentiers ? Cela, oui, c’est certain.

Mais alors pourquoi ? Voilà mon avis : les premiers, les financeurs ont commencé de se douter que la marionnette pouvait leur échapper ! Ils ont tenté de la remettre droite dans ses ficelles. En vain.

Car Macron existe. Il a même un modèle : Topaze. Topaze, le personnage de Pagnol. Personnage fabriqué, c’est vrai, pour servir les intérêts de ses auteurs, c’est vrai, mais qui une fois dans la place, s’y installe, s’y émancipe, occupe tout l’espace, et finit par éliminer avec habileté et sans le moindre scrupule, tous ses Pygmalions, plus Œdipe qu’Œdipe, car pour le père, c’est volonté délibérée et préméditée et non par accident qu’il se trouve assassiné, et pour la mère… pour la mère, laissons le lecteur imaginer ce qu’il voudra.

Chacun va le comprendre. Macron existe ; ambition illimitée, volonté farouche, manipulateur d’exception, rigoureusement dénué de toute faiblesse empathique, parfait pervers narcissique, un pur profil, non pas de chef d’état, mais bien plus d’authentique dictateur ! Je prends le pari : aidé en cela, c’est vrai, par un désert absolu de personnalités politiques dignes d’une telle appellation, et cela à l’évidence pour longtemps, l’homme est au pouvoir pour y durer : un quinquennat, c’est acquis, deux, on ne voit pas comment y échapper, et sorte de Poutine à la française, peut-être pour beaucoup, beaucoup plus encore !

Voilà de quoi réjouir tous les gens qui apprécient le personnage, dont nombre de personnes que j’aime bien : « Tout n’est pas parfait, mais au moins, cela va dans le bon sens ! » Est-ce que moi aussi, je vais succomber, tomber sous le charme, devenir à mon tour « rhinocéros » [3] ?

Je rassure, rien à espérer, rien à craindre de ce côté-là. Jupiter n’a pas d’autre objectif que la poursuite de ses intérêts. Lesquels ne vont pas réellement dans le sens contraire de ceux de la caste oligarque et richissime qui l’a propulsé sous les ors élyséens, et qui en prendront leur parti (ce qu’ils font effet), voyant leurs acquis non seulement préservés, mais mieux, augmentés de toutes les manières possibles : en clair, le poids de l’état qui étouffe notre pauvre pays va continuer de s’alourdir, « en même temps », les impôts, vont continuer d’augmenter et nos libertés individuelles continuer de se ratatiner.

Toutes hontes bues, le sujet du jour de ces messieurs : la « lutte contre la pauvreté » ! Palabres, commissions, nouveaux postes de fonctionnaires en vue…

Pourtant, la lutte contre la pauvreté est de toutes les luttes la plus simple et la plus facile à mener : messiers nos oligarques, diminuez nos impôts mortifères, réduisez la nuisance de vos légions de fonctionnaires parasites et contrôleurs de toutes sortes, rendez, rendez un peu de l’argent que vous volez au peuple… et très vite, la pauvreté ne serait plus, comme vous-même d’ailleurs, qu’un mauvais souvenir !

Oui, je me suis trompé. Macron existe. Et je persiste et signe : ce n’est sans doute pas une bonne nouvelle.

Paris, 19 octobre 2017

[1] « Escapade en macronie » http://michel-georgel.com/cestadire/2017/06/17/escapade-en-macronie/

[2] (http://institutdeslibertes.org/lallemagne-face-a-son-destin/)

[3] (http://michel-georgel.com/cestadire/2017/06/17/escapade-en-macronie/)

 boutonbleu

boutonvert

boutonrouge

Une réflexion sur “ Amende honorable ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *