Le poids du bœuf.

Les gilets jaunes : chacun a son avis, je ne vous donnerai pas le mien, qui n’a aucune raison particulière de valoir plus (ou moins) que le vôtre.

Mais seulement rappeler quelques évidences.

À vrai dire, des explications qui n’auraient absolument pas lieu d’être si deux précédents billets sur ce blogue avaient obtenu le succès qu’ils méritaient  : ICI et ICI

Emmanuel Macron (comme beaucoup d’autres politiques) est un « Young Leader ». Le programme « Young Leaders » est le programme phare d’une association américaine, la « French-American Foundation ».

Que veut la French-American Foudation : pour faire simple, promouvoir une mondialisation à la « Georges Soros ». Quels moyens ? Ceux de « l’économie comportementale », que l’on peut résumer ainsi :

  • Les peuples sont incapables de savoir réellement ce qui est bon pour eux. Il leur faut par conséquent des élites pour décider à leur place.
  • On peut imposer ce qui est bon, mais cela coûte souvent assez cher, en forces de l’ordre, prisons et tous autres moyens de coercition.
  • Un moyen, plus économique est d’agir habilement sur les « comportements » (d’où l’appelllation économie comportementale), en diffusant au bon moment et au bon endroit des nudges (des coups de coude). Cette théorie marchant aussi bien pour les animaux que pour les humains. Pour les animaux, on parle de « leurres ».

Exemple : pour faire asseoir un chien, on lui montre une récompense alimentaire, au-dessus de sa tête. Le chien lève la tête pour voir, ce qui le plus souvent lui fait prendre la position assise. Même pas nécessaire de donner finalement la récompense, puisque le chien leurré est assis.

Pour les humains : on explique qu’on va servir une prime de cent euros, si les gens sont bien sages et s’ils rentrent chez eux. Un nudge, un « coup de coude ». En principe, le peuple devrait rentrer bien sagement chez lui, leurré. Avec un peu de chance, on pourra même plus tard conserver tout ou partie des cent euros.

Maintenant, me direz-vous, n’est-il pas exact que très souvent, confrontées à une situation particulière, les personnes « populaires » ont un mauvais jugement et prennent par suite une mauvaise décision ?

Si, c’est parfaitement exact.

Mais ni plus, ni moins que les « spécialistes » hors peuple, les « sachants », les nantis, qui prétendent décider à la place des ignares.

Avec pourtant deux différences : le populaire se trompe, plutôt souvent, tandis que le « sachant », à l’expérience, se trompe beaucoup plus.

Mais la seconde différence est encore plus intéressante, et elle fait appel à une très étonnante découverte du statisticien britannique Francis Galton, en… 1906 ! C’est ce qu’on appelle le test du poids du bœuf. Test reproduit des milliers de fois, avec les sujets les plus différents, et donnant toujours le même résultat.

Galton s’est rendu dans une foire aux bestiaux, et il a réuni dix bouchers professionnels. Il a choisi un bœuf et demandé aux professionnels d’évaluer le poids de l’animal. Pas un professionnel ne s’est approché de la bonne réponse. Il interroge alors une centaine de quidams, des hommes du peuple, des ignorants donc. Puis il fait la moyenne des réponses données par les ignorants. Et là surprise : à une livre près, la moyenne correspond au poids réel !

La foule possède une capacité d’évaluation statistique dont les spécialistes sont strictement incapables.

Mais jamais aucun Pouvoir n’acceptera cette réalité.

Le Pouvoir n’a en réalité aucune intention d’écouter le peuple. Il entend bien le manipuler. Il est bien possible qu’il y parvienne.

Et pourtant, statistiquement, les Gilets jaunes ont raison.

30 décembre 2018

Gilets jaunes et Exit Taxe

En France, un projet d’augmentation de taxe sur les carburants déjà surtaxés a fait voir rouge à la masse des gueux déguisés en jaune. Exit taxe. Cela dit, le jaune n’est peut-être pas une si bonne couleur de combat que cela, car il se pourrait bien que les gueux ne finissent sinon cocus, du moins proprement roulés dans la farine du Pouvoir. Qui continuera, parce que c’est son métier de faire tourner à plein régime la machine à mensonges. On changera seulement plus ou moins de mensonges, ou seulement la manière de les écrire.

Hier, il fallait augmenter le prix de l’essence pour diminuer le réchauffement de la planète. Pourtant, aucun réchauffement observé ou observable depuis… plus de vingt ans. 1998 – 2018 : courbe de la température plate comme la plus morne des plaines.

La glace arctique a fondu, respectant son cycle connu d’alternance chaud froid de soixante ans. Par contre, et ce n’est pas du tout rassurant (et à l’évidence pas de la faute de sapiens), la glace antarctique se développe tout à fait sérieusement.

Certes, c’est vrai, c’est démontré, l’homme est parfaitement capable de réchauffer la planète. Malheureusement, cette capacité reste strictement limitée à la zone géographique des très grandes villes, sans aucun effet au-delà d’elles. Malheureusement, car tout indique que le soleil ayant l’air d’avoir décidé de prendre quelques vacances et de réduire pour un temps très sérieusement son activité, nous risquons d’aller vers une sérieuse période de refroidissement, ce que l’augmentation de la glace antarctique semble en effet présager.

Température stable, donc, mais augmentation de la teneur en CO2. En un siècle on est passée d’un taux de 0,03 % à… 0,04 % ! Oui, mais… augmentation tout à fait bénéfique, qui a entraîné un verdissement de la planète d’une surface égale à plusieurs fois la France, et un accroissement significatif des rendements agricoles, permettant à sapiens de faire à peu près correctement face à la multiplication par 10 en un seul siècle de sa population, accroissement de la population très supérieur, même à celui des ours blancs, dont le nombre a pourtant au moins triplé au cours de cinquante dernières années (contrairement encore à nombre de pleurnicheries sur le sujet).

Attention, attention, je vous arrête, je vous arrête : inutile d’appeler quelque Samu psychiatrique pour une urgente prise en charge de ma modeste et non moins vagabonde personne, l’ensemble ci-dessus n’est pas du tout de moi (je n’aurais pas de telles prétentions), mais d’un examinateur du rapport AR5 du GIEC, professeur émérite de l’université de Tours, 273 publications scientifiques et tellement bardé d’autres titres, qu’il faudrait au moins doubler la taille de mon article pour les citer tous : François Gervais, qui vient de publier dans un silence médiatique proprement assourdissant un livre qu’il faut absolument lire : « L’urgence climatique est un leurre » ICI !

L’occasion de signaler l’un des plus gros mensonges des hommes de pouvoir, non pas seulement en France, mais presque partout dans le monde (à l’exception notable du président américain) : non, il n’y a aucun consensus scientifique pour soutenir la thèse d’un réchauffement anthropique, c’est même exactement le contraire. ICI et ICI et ICI.

Le problème est que ce réchauffement qui n’existe pas, mais qui réchauffe sérieusement les finances des hommes de pouvoir d’une majorité de pays et de leurs copains canailles, entrepreneurs de connivence, ruine les peuples, toujours plus imposés et taxés, les conduisant lentement mais sûrement vers une misère toujours plus grande, ce dont les hommes de pouvoir se fichent complètement. Jusqu’à ce que les gueux, n’en pouvant plus, ne finissent par se révolter. Les gilets jaunes n’ont été qu’un hoquet. Mais le jour est moins loin qu’on ne pense où l’insatiable cupidité des hommes de pouvoir transformera partout dans le monde les hoquets en fureur et ce jour-là, la question même de l’(in)utilité de ces impitoyables prédateurs sera clairement posée.

Lundi, 17 décembre 2018

nota : pour achever de fâcher (certains de) mes amis : mon article du… 15 juillet 2015, Paris vaut bien une messe !

Un dernier verre de gilet jaune ?

Les gilets jaunes… à quoi bon en dire plus : pour l’instant, on peut conjuguer « avoir un avis » à toutes les personnes de l’indicatif, même du futur. Et puis bientôt, peu à peu, on passera à l’imparfait, au passé (dé)composé, au plus qu’imparfait. Les tempêtes ne durent que le temps des dépressions, lesquelles finissent poussées par les vents…

Moi, au moins sur ce site, je ne donnerai pas mon avis, mais je vous pose une question.

Les hommes du système (politiques, hauts-fonctionnaires, ainsi que l’ensemble médiatique) sont unanimes : quoiqu’il arrive, Monsieur Macron reste « légitime ». J’écoutais l’autre soir cette légende (mort) vivante, ex-maire de Belfort, bégayer avec cette admirable suffisance qui force l’admiration sur « la force de nos institutions » et l’intouchabilité présidentielle.

En somme, si je comprends bien, être président de la République, c’est tout simplement un CDD (contrat de travail à durée déterminée, pratiquement à peu près impossible à rompre avant terme). Tu fais ce que tu veux, rien ou mille sottises, peu importe, tu as ton CDD, tu n’es pas licenciable, emploi protégé. C’est, paraît-il, de Gaulle qui l’a dit. Bon.

Bon, mais premièrement, de Gaulle n’a pas du tout fait ça. Chaque fois qu’il a pensé ne pas avoir derrière lui une large majorité, il a organisé une consultation populaire. Il perdait ? Il partait.

Bon, mais deuxièmement, un président en CDD, ça pose tout de même un fâcheux problème. Pour te faire élire, tu peux mentir autant que tu veux, et surtout plus que les autres. D’ailleurs, pour être élu, il faut bien mentir plus que les autres. Si quelqu’un ment plus que toi, c’est lui qui est élu.

– Bon, je mens tout ce que je peux, je suis donc élu, mais après ?

– Après, rien.

– Comment cela rien ? Si je ne tiens pas mes promesses ?

– Personne ne peut te demander de tenir tes promesses ! Tu as ton CDD ! Pendant quatre ans, invirable ! Et donc en rien lié par tes promesses ! Évidemment, les quatre années passées, il pourrait se trouver un nombre suffisant de petits rancuniers qui ne voteront plus pour toi… Même pas grave, il suffit de rouvrir en grand la boîte à mensonges…

Ma question ? Une lecture que l’on pourra qualifier de Gaullienne de nos institutions pourrait à peu près se transcrire ainsi : un président est légitime aussi longtemps qu’il est présumé avoir une majorité de citoyens pour l’approuver. S’il y a doute, on vote immédiatement et de toute façon, on vote au bout de quatre ans.

Mais avec un président – CDD, elle est où, la démocratie ?

Mon avis personnel sur les gilets jaunes !

Vous ne me demandez pas à mon avis sur les gilets jaunes ? Vous avez le vôtre, et cela vous suffit ?

Donc, je vais vous parler d’autre chose. Quoique ?

Je n’entends faire pleurer aucune Manon, dans aucune chaumière, et je reconnais bien volontiers ne pas (encore) faire partie des retraités dont la situation économique est à faire pitié. Pourtant, il n’empêche : alors que j’ai sans doute passé ma vie à gagner : « toujours plus », je vois depuis une dizaine d’années mes ressources globales aller dans un sens de « toujours moins ».

Ce n’est pas à mon âge que l’on crée une start-up destinée à devenir une multinationale. Mais, remonter une activité artisanale, à partir de ce que je sais très bien faire, pour essayer de mettre un peu de beurre dans les fins de mois, pourquoi pas ?

C’est donc ce que j’ai entrepris à la mi-juin : un petit local très modeste (moins de 30 m²), dans une rue très modeste (la mienne), une offre d’artisan…

Du lundi au vendredi, de neuf heures à 18 heures… mais voilà que je découvre en octobre une situation non prévue : plus de clients que ce que ma solitude et mon âge ne sont en situation de satisfaire. Le hasard ayant l’art de nous donner l’impression que nous guidons nos vies, un contact avec une ancienne collaboratrice, 15 ans de vie (professionnelle) commune, tout de même ! Pas heureuse dans son emploi… Alors pourquoi pas ? Pourquoi pas !

Début novembre, me voilà donc dans la situation de l’artisan qui embauche son premier et seul le salarié.

L’autre soir, Dieu sait pourquoi, je passe en revue les spams de mon ordinateur, et je tombe sur le message suivant, émis par le « Centre National du Droit du Travail » :

« Je vous informe de nouvelles modifications concernant les affichages obligatoires qui doivent être en place, suite à la nouvelle législation (Loi du n°2018-703 du 3 Août 2018).
Voici la liste des affichages obligatoires et de diffusion mis à jour incluant les modifications de 2018 et de 2017 à mettre en place à partir du premier salarié, pour toutes les sociétés, commerces, artisans, associations :

– L’affichage du Code du travail (médecine du travail. inspection du travail, convention collective applicable…). Art.L2262-5, R2262-1 à R2262-3, D4711-1.
– L’affichage Égalité professionnelle hommes / femmes. Art.L3221-1 et suivants.
– L’affichage des consignes de sécurité selon le code du travail. Art. R4227-1, et suivants.
– L’affichage informations sur les numéros d’urgence. Art.D4711-1.
– L’affichage réglementation sur l’interdiction de fumer au travail. Art.R.3511-1 et suivants.
– L’affichage réglementation sur l’interdiction de Vapoter (N°2017-633)
– L’affichage espace fumeur dans l’entreprise. Art.R.3511-1 et suivants.
– L’affichage Planning ordre des départs en congés (Janvier 2019- Décembre 2019). Art. D3141-6.
– L’affichage Modalités d’accès au DUERP Art.R4121-1 et suivants.
– L’affichage du CHSCT (plus de 50 salariés) Art.L4742-1 et suivants.
– Harcèlement moral et sexuel. (obligation de diffusion).
– Lutte contre les discriminations. (obligation de diffusion). »

Donc, plus de surface à afficher que de surface disponible dans mon pauvre petit local. Que faire ?

S’il s’agissait d’une blague ?

Oui, rassurez-vous, une blague en effet : le Centre National du Droit du Travail, sous ses airs officiels, n’a rien d’officiel du tout, c’est un organisme privé, qui « fait son beurre »… En vous proposant un kit affichage complet, réglementaire et tout ce que vous voudrez pour la modique somme de… 98 € tout de même. Ajoutez que pour les 98 €, il vous reste encore de nombreuses heures de travail pour compléter les informations personnalisées de cet affichage.

Bien sûr, j’ai mon âge, et vous l’avouerais-je, la réception d’un tel courriel ne m’a guère réellement ému. Mais je me mets à la place d’un jeune qui commence…

D’autant que, si le centre National du Droit du Travail n’a pas d’existence officielle, la liste des obligations qu’il signale est tout ce qu’il y a de plus exact ! Mieux, la réalité pourrait bien être pire encore ! Du délire ? Du délire bien réel en ce cas.

Et vous vous étonnez après cela que nombreux soient les artisans à… rire jaune ?

(Nota : maintenant, si vous avez des informations qui viendraient à contredire cette liste d’obligations, je suis preneur !)

Décembre 2018