Le poids du bœuf.

Les gilets jaunes : chacun a son avis, je ne vous donnerai pas le mien, qui n’a aucune raison particulière de valoir plus (ou moins) que le vôtre.

Mais seulement rappeler quelques évidences.

À vrai dire, des explications qui n’auraient absolument pas lieu d’être si deux précédents billets sur ce blogue avaient obtenu le succès qu’ils méritaient  : ICI et ICI

Emmanuel Macron (comme beaucoup d’autres politiques) est un « Young Leader ». Le programme « Young Leaders » est le programme phare d’une association américaine, la « French-American Foundation ».

Que veut la French-American Foudation : pour faire simple, promouvoir une mondialisation à la « Georges Soros ». Quels moyens ? Ceux de « l’économie comportementale », que l’on peut résumer ainsi :

  • Les peuples sont incapables de savoir réellement ce qui est bon pour eux. Il leur faut par conséquent des élites pour décider à leur place.
  • On peut imposer ce qui est bon, mais cela coûte souvent assez cher, en forces de l’ordre, prisons et tous autres moyens de coercition.
  • Un moyen, plus économique est d’agir habilement sur les « comportements » (d’où l’appelllation économie comportementale), en diffusant au bon moment et au bon endroit des nudges (des coups de coude). Cette théorie marchant aussi bien pour les animaux que pour les humains. Pour les animaux, on parle de « leurres ».

Exemple : pour faire asseoir un chien, on lui montre une récompense alimentaire, au-dessus de sa tête. Le chien lève la tête pour voir, ce qui le plus souvent lui fait prendre la position assise. Même pas nécessaire de donner finalement la récompense, puisque le chien leurré est assis.

Pour les humains : on explique qu’on va servir une prime de cent euros, si les gens sont bien sages et s’ils rentrent chez eux. Un nudge, un « coup de coude ». En principe, le peuple devrait rentrer bien sagement chez lui, leurré. Avec un peu de chance, on pourra même plus tard conserver tout ou partie des cent euros.

Maintenant, me direz-vous, n’est-il pas exact que très souvent, confrontées à une situation particulière, les personnes « populaires » ont un mauvais jugement et prennent par suite une mauvaise décision ?

Si, c’est parfaitement exact.

Mais ni plus, ni moins que les « spécialistes » hors peuple, les « sachants », les nantis, qui prétendent décider à la place des ignares.

Avec pourtant deux différences : le populaire se trompe, plutôt souvent, tandis que le « sachant », à l’expérience, se trompe beaucoup plus.

Mais la seconde différence est encore plus intéressante, et elle fait appel à une très étonnante découverte du statisticien britannique Francis Galton, en… 1906 ! C’est ce qu’on appelle le test du poids du bœuf. Test reproduit des milliers de fois, avec les sujets les plus différents, et donnant toujours le même résultat.

Galton s’est rendu dans une foire aux bestiaux, et il a réuni dix bouchers professionnels. Il a choisi un bœuf et demandé aux professionnels d’évaluer le poids de l’animal. Pas un professionnel ne s’est approché de la bonne réponse. Il interroge alors une centaine de quidams, des hommes du peuple, des ignorants donc. Puis il fait la moyenne des réponses données par les ignorants. Et là surprise : à une livre près, la moyenne correspond au poids réel !

La foule possède une capacité d’évaluation statistique dont les spécialistes sont strictement incapables.

Mais jamais aucun Pouvoir n’acceptera cette réalité.

Le Pouvoir n’a en réalité aucune intention d’écouter le peuple. Il entend bien le manipuler. Il est bien possible qu’il y parvienne.

Et pourtant, statistiquement, les Gilets jaunes ont raison.

30 décembre 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *